> Braderie Arcat 2015

Accueil > Plaidoyer et information > Affections de Longue Durée (ALD)

Voir le chapitre 19 du Rapport d'experts 2008, sur la prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH (rédaction sous la houlette du Pr Patrick Yeni).

Pour les personnes ne disposant pas de médecin traitant et nécessitant l'ouverture en urgence d'une prise en charge à 100 %

La Sécurité sociale a mis en place un dispositif dérogatoire pour les personnes se trouvant dans cette situation. Dans ce dispositif, le protocole de soins peut exceptionnellement être signé par un médecin qui n'est pas le médecin traitant du patient, et pris en compte par la CPAM. Cependant, ce protocole n'est valable que 6 mois (renouvelable). Après ces 6 mois, le patient est censé avoir choisi un médecin traitant, qui sera à même de renvoyer le formulaire de protocole de soins dûment rempli et signé. En savoir plus sur le dispositif dérogatoire.

Protocole de soins ALD : un exemple

Commentaires explicatifs de l'exemple :

- la liste de la HAS comprend une catégorie « Avis d'autres spécialistes : en fonction des complications du traitement et des comorbidités ». Dans l'exemple, le médecin traitant a donc ajouté le cardiologue, car le patient en question a besoin – en raison de son hypertension et de ses troubles lipidiques – d'un suivi cardiovasculaire ;

- le patient fume trop et souhaite s'arrêter, ce qui lui est conseillé pour réduire ses risques cardiovasculaires. Un suivi par un tabacologue est prévu, mais attention, cela n'entre pas dans le cadre de la prise en charge à 100 % dans la plupart des cas (le médecin conseil a donc coché la case en face) ;

- le dosage de la PSA (Protate Specific Antigen) n'est pas non plus un acte compris dans le cadre de l'ALD. Il n'est donc pas pris en charge à 100 %. Le médecin-conseil a coché la case face à cet acte biologique, pour signifier que celui-ci n'est pas à 100 %.

© Arcat 2001-2015 - Mentions légales - Site réalisé par Presscode - Contact :