Braderie Arcat 2015

Nous contacter > Actualité

Le rapport 2013 du groupe d'experts sur la prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH

05 NOVEMBRE 2013

Les nouvelles recommandations sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH, ont été présentées au ministère de la Santé fin septembre. La responsabilité de ce rapport a été confiée par le ministère de la santé au CNS et à l'ANRS, qui ont chargé le Pr Philippe Morlat de présider le groupe d'experts.

Les nouvelles recommandations sur la prise en charge des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) ont été publiées sous la forme d'un gros rapport, le « rapport Morlat », écrit et validé par une vingtaine d'experts, cliniciens, virologues, pharmacologues et de deux représentants associatifs du TRT-5 (d'Aides et d'Arcat).
Cet ouvrage édicte de nouvelles recommandations concernant l'épidémiologie du VIH, l'initiation et les stratégies des traitements antirétroviraux, les modalités de prévention et de dépistage du VIH, le suivi optimal des patients, le dépistage des complications et des cancers, la prise en charge des co-infections par les hépatites virales, l'organisation des soins…

Mieux dépister le VIH : une priorité
Le dépistage et le traitement précoce en France des 28 800 personnes ignorant qu'elles sont porteuses du VIH permettrait de limiter grandement, voire d'éradiquer l'épidémie qui continue à se traduire par quelque 7000 à 8000 nouvelles contaminations par an, selon le groupe d'experts.
Pour les dépister plus facilement, les experts préconisent une stratégie multiforme, axée sur les populations où la prévalence de l'infection est la plus élevée, mais également sur les personnes qui n'ont pas fait de test récemment et à qui celui-ci doit être proposé à "chaque fois que l'occasion se présente", comme par exemple lors d'une visite chez un médecin généraliste pour des symptômes évocateurs, des IST, etc.
Le rapport préconise de développer les tests rapides d'orientation diagnostique (TROD), qui permettent de déceler le virus en quelques minutes à partir d'une goutte de sang prélevée au bout du doigt - en dehors des lieux traditionnels de dépistage. Il invite également les pouvoirs publics à préparer l'arrivée sur le marché des autotests. Déjà commercialisés aux Etats-Unis, ceux-ci permettent de réaliser un dépistage du VIH chez soi à partir d'un échantillon de salive.

Traiter tous les PVVIH
Le traitement par antirétroviraux est désormais recommandé pour tous les PVVIH, quel que soit leur taux de CD4. Il a été montré que l'initiation précoce d'un traitement est associée à une meilleure préservation du système immunitaire, en particulier à une préservation des cellules T CD4 mémoires centrales et de la réponse T spécifique anti-VIH, ainsi qu'àune réduction de l'inflammation systémique chronique, dont les conséquences délétères sur les plans cardio-vasculaire, métabolique, osseux, et neurologique ont été établies. L'amélioration du rapport bénéfice-risque des trithérapies et le fait que la prise d'antiviraux sur une longue durée diminue très drastiquement le risque de transmission du VIH ont grandement contribué à cette recommandation de traitement pour tous.

> Le PDF du rapport 2013 :
http://www.sante.gouv.fr/rapport-2013-sur-la-prise-en-charge-medicale-des-personnes-vivant-avec-le-vih.html

© Arcat 2001-2019 - Mentions légales - Site réalisé par Presscode - Contact :