Questions-réponses sur la syphilis

La syphilis est une maladie due à un agent infectieux (une bactérie) : le Treponema pallidum ou “tréponème pâle”. Elle se transmet lors de rapports sexuels non protégés, qu’il s’agisse de rapports vaginaux, anaux ou bucco-génitaux (fellation et cunnilingus).

Le retour de la syphilis
L’ancienne ” petite vérole ” que l’on croyait remisée au musée des maladies infectieuses du siècle dernier et qui a tué, pour la seule année 1860, 120 000 personnes en France, s’est refait une nouvelle santé. Attention, on aurait tendance à l’oublier, mais le préservatif reste l’incontournable préliminaire aux ébats sexuels et pas seulement à cause du risque de transmission du VIH : les infections sexuellement transmissibles (IST), dont la syphilis, ça compte aussi.

Qu’est-ce que la syphilis ?
La syphilis est une maladie due à un agent infectieux (une bactérie) : le Treponema pallidum ou “tréponème pâle”. Elle se transmet lors de rapports sexuels non protégés, qu’il s’agisse de rapports vaginaux, anaux ou bucco-génitaux (fellation et cunnilingus). La contamination se fait par contact direct avec les lésions de la syphilis.
Note : la syphilis peut également se transmettre de la mère à l’enfant, pendant la grossesse.

Le tréponème pâle est sensible aux pénicillines (classe d’antibiotiques) : le traitement permet donc une guérison complète. La syphilis doit cependant être dépistée et traitée le plus tôt possible, afin d’une part d’éviter la contamination des partenaires, et d’autre part, d’éviter les complications de la maladie (neurosyphilis).

Peut-on attraper la syphilis en se rendant à des toilettes publiques ?
Non. Le tréponème pâle ne survit que très peu de temps à l’air libre. Il faut un contact direct avec les lésions.

Comment se manifeste la syphilis ?
Après une période d’incubation (c’est-à-dire sans signe d’infection, bien que la contamination ait eu lieu) d’environ un mois après le rapport contaminant, la syphilis peut se manifester par l’apparition d’une lésion génitale ou chancre. Elle est “typique” (c’est-à-dire bien caractéristique) dans 60 % des cas : unique, régulièrement arrondie (1 à 2 cm de diamètre), rosée, lisse ou creuse et d’aspect un peu cartonneux au toucher, pas douloureuse. Le chancre peut être localisé au niveau vaginal, anal, oral. Il disparaît spontanément en 15 à 30 jours, mais attention, cela n’est pas synonyme de guérison. La syphilis peut aussi se manifester par une angine (chancre oral), par une augmentation de volume des ganglions de l’aine, par une éruption cutanée (boutons sur le corps) sans démangeaisons, pouvant durer jusqu’à deux mois.

Comment réagir ?

  • En consultant un médecin !
  • En vous rendant dans un dispensaire antivénérien (DAV) ou dans un CDAG (Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit), afin de pratiquer les examens de dépistage nécessaire.
  • En prévenant vos partenaires afin qu’ils puissent être dépistés et traités au plus vite si nécessaire.
  • Si vous vous trouvez dans la situation où votre partenaire est infecté, vous devez consulter même en l’absence de tout symptôme. La syphilis peut passer inaperçue aux premiers stades.

Et si je suis séropositif au VIH ?
La syphilis peut favoriser l’augmentation de la charge virale sanguine et le VIH peut faciliter la progression de l’infection syphilitique. Les risques d’une évolution plus rapide au stade de neurosyphilis sont réels. La bactérie se propage dans le système nerveux central, ce qui peut se traduire par une méningite ou une uvéite. En l’absence de traitement, ces complications peuvent laisser des séquelles neurologiques invalidantes.

Quand dois-je me faire dépister ?
Si vous présentez des signes de la syphilis ; si votre partenaire est infecté ; si vous avez été exposé au risque (rapports sexuels non protégés, multipartenariat non protégé, etc.).
Les test sérologiques classiques (c’est-à-dire faits à partir d’une prise de sang) – tests VDRL et TPHA – sont suffisants au diagnostic. Ils peuvent être faits dans les DAV, certains CDAG, et dans n’importe quel laboratoire d’analyses, sur simple prescription médicale. Sils sont négatifs, ils doivent être répétés, compte tenu de la période d’incubation d’un mois. S’ils sont positifs, vous devez recevoir un traitement sans délai.

Quel est le traitement de la syphilis ?
Le traitement ” minute ” par une injection unique de benzathine-pénicilline G de 2,4 millions d’unités reste le traitement recommandé des syphilis primaires, des syphilis secondaires sans atteinte viscérale et des syphilis latentes de moins de deux ans. Le médecin doit aménager le traitement en cas de syphilis secondaire grave, notamment associée à des complications neurologiques et en cas d’allergie aux pénicillines. Un test ultérieur confirmera la négativation de la maladie.

Comment se prémunir de la syphilis ?
Le préservatif (masculin ou féminin) est le seul rempart efficace contre les infections sexuellement transmissibles. Il n’existe pas de vaccin, ni de traitement préventif pour la syphilis.